La filière de recyclage des masques se met en place en Gâtine-Racan !

Une quarantaine de bornes vont être installées sur le territoire communautaire dans les prochains jours. Douze à Neuillé-Pont-Pierre, commune centrale de la Communauté de Communes.  Les déchetteries de Saint-Antoine-du-Rocher et de Saint-Paterne-Racan en sont déjà pourvues. Explications.

LOCALISER LES BORNES PRÈS DE CHEZ VOUS >>>EN CLIQUANT ICI<<<

450 ans. C’est le nombre d’années nécessaires à la décomposition d’un masque en pleine nature. Plus qu’un sac plastique. Conscient de l’impact de cette nouvelle source de pollution, la Communauté de Communes Gâtine-Racan a été l’une des premières à demander la mise en place d’une filière de recyclage de masques. La collectivité a trouvé en Tri 37 et en NEOVALO, programme de la start-up tourangelle NeutraliZ™ Protection Essentielle, des partenaires de choix.

Quarante-cinq bornes de recyclage de masques chirurgicaux ont été commandées par la Communauté de Communes en partenariat avec les communes du territoire. En cours de livraison et/ou d’installation, ces tubes seront idéalement placés dans les lieux recevant du public : écoles, mairies, déchetteries… (1). Ces tubes peuvent contenir jusqu’à 2000 masques.

Une fois remplies, les bornes sont acheminées par l’entreprise solidaire Tri 37, également gestionnaire de la recyclerie La Caverne de Tri’Tout à Saint-Antoine-du-Rocher, et remplacées par d’autres bornes vides réutilisables.

LE PROGRAMME NEOVALO

Les bornes sont aussi traitées selon un processus sanitaire très strict développé dans le cadre du programme NEOVALO. Les bornes pleines sont mises en quarantaine pendant 72h avant d’être vidées. Les tubes vides sont désinfectés par un équipement de désinfection par ultraviolets développé par l’entreprise NeutraliZ™ avant d’être réutilisés. Les contenus sont également décontaminés par une lumière UV qui permet d’éliminer virus, bactéries et autres champignons. Les masques sont ensuite décomposés et les matières récupérées, triées et intégrées à différentes filières.

–       Textile : les matières serviront à fabriquer des vêtements. Par exemple, 85 à 90 masques permettent de fabriquer un tee-shirt adulte, 200 masques pour un sweet-shirt et 260 masques pour un pantalon. En somme, une borne permet la fabrication d’un sweet-shirt !

       Bâtiment : les masques décontaminés et décomposés pourront servir de matériaux d’isolation thermique, bétons fibrés…

–       Plasturgie : industrie automobile ou contenants en plastique

Le coût de cette filière est totalement pris en charge par la Communauté de Communes Gâtine-Racan.

(1) Une cartographie recensant les points de collecte sera prochainement publiée.