Les lavoirs en Gâtine-Racan, des petits patrimoines secrets !

Sillonné par quatre cours d’eau, le Nord de la Touraine regorge de petites vallées dans lesquelles se sont construits les villages du territoire. En vous baladant le long des vallées de la Choisille, de la Dême, de l’Escotais et du Long vous découvrirez un ensemble de petits patrimoines secrets tels que les lavoirs. Mais à quoi servaient-ils ?

Un lavoir est un bassin alimenté en eau d’origine naturelle qui permettait de rincer le linge après l’avoir lavé. Le plus souvent public, gratuit ou payant selon la commune, il se peut aussi que le lavoir soit privé alors attaché à une maison ou ferme.

Bien que la représentation du lavage soit ancrée dans les pensées, les femmes (puisque la fréquentation était exclusivement féminine) s’y rendaient en fait pour rincer le linge. C’était alors la dernière étape avant le séchage.

Longtemps, le linge se lavait au bord de la rivière sur une pierre inclinée ou une simple planche. A la fin du 18ème siècle, un besoin d’hygiène croissant se fait sentir. La pollution industrielle et les épidémies ont accéléré les constructions de lavoirs. Le phénomène s’est accéléré en 1851 quand est voté un crédit spécial pour subventionner la construction des lavoirs à hauteur de 30%.

Les lavoirs avaient une fonction sociale très importante puisque c’était l’un des rares lieux où les femmes pouvaient se réunir et discuter. D’ailleurs, un certain nombre de légendes sont nées autour de cet équipement : histoires de lavandières de nuit aux dames blanches, histoires d’animaux fabuleux, etc. En fait racontées aux enfants pour éviter qu’ils ne s’approchent des lavoirs.

Les lavoirs ont été abandonnés progressivement à partir du 20ème siècle laissant place à la machine à laver, devenue de plus en plus pratiques à partir des années 1950.

Le savoir en plus : à l’époque, la fréquentation des lavoirs était exclusivement féminine, et les règlements de police punissaient les contrevenants.

Quelques lavoirs présents en Gâtine-Racan :

  • Beaumont-Louestault : Lavoir des Dix-Selles, sur la Choisille.
  • Charentilly : Lavoir du Moulin Banal, rue du Clos Faroux, longé par la petite Choisille
  • Epeigné-sur-Dême : Lavoir de l’impasse de la Planche-aux-Ânes, sur la Dême
  • Neuvy-le-Roi : Lavoir, en ruine, près du lieu-dit La Fontaine-Saint-Martin, sur un petit affluent de la Dême
  • Saint-Antoine-du-Rocher : Lavoir de la rue du Bondonneau, aux abords du ruisseau Saulay
  • Saint-Aubin-le-Dépeint : Lavoir de la rue Principale, construit à l’emplacement d’une ancienne fontaine
  • Saint-Christophe-sur-le-Nais : Lavoir du Gué Couvert (appelé aussi Gué Avril), dans la rue de l’Abreuvoir
  • Villebourg : Lavoir de 1905, situé sur la Vandœuvre, à la sortie sud du village

Retrouvez la liste complète en téléchargeant la plaquette consacrée à ces petits patrimoines.